20/05/2011

YAEL ANGEL

echojazzlogo[1].gif

 

 

 

 

 

 

 

Yaël Angel

Yael Angel.png

Née au sein d’une famille d’origine Sépharade, Yaël baigne dès sa plus tendre enfance dans l’amour et la joie de la musique. Son apprentissage commence en écoutant sa mère chanter des airs d’opéras, travailler le piano et faire tourner au fil de la journée les innombrables disques de musique classique qu’elle collectionne. Yaël imite les chanteurs dont la voix inonde la maison, imite les instruments, invente des paroles.

 

Ses premiers cours de chant débutent à l’âge de 15 ans. Puisant dans les racines du Jazz, elle en transcende les frontières pour rejoindre les musiques actuelles, la World Music et la Pop. C’est un nouveau Jazz qu’elle baptise « New Wave Jazz », à la croisée de toutes ces influences. Elle propose également une nouvelle façon de scater, avec des onomatopées peu utilisées ou parfois sans aucune référence au scat traditionnel, avec des envolées vocales de type modal, improvisées sur l’instant. Munie d’un timbre original et atypique, sa voix chante les émotions qui viennent des profondeurs, faisant de chaque son une prière, un message. Elle se produit sur les scènes françaises (en 2007 : Baiser Salé à Paris, Palais des Congrès d’Antibes etc.), mais aussi internationales (octobre 2007 : au Southbridge Jazz Club de Singapour). Elle participe à de nombreuses émissions radio (Jazz Box sur Aligre Paris, Agenda des grandes musiques sur France Musique, Jazz du Sud et Paroles de Jazzmen sur TSF, Agenda culturel sur Trafic FM et Agora FM) et télévisées (retransmission sur FR3 et Nice Télévision). En 2007, elle est nominée pour la finale du Concours international de Jazz vocal.

 

Peu après, elle sort son premier album «Angel Eyes» dont elle signe les arrangements et les compositions. Elle est également choisie par la Préfecture pour incarner le génie musical féminin lors de l’exposition « les Talentueuses » qui a ouvert ses portes le 22 janvier 2007. " Angel". Drôle de nom pour une brune incendiaire. Incendiaire, sa façon si personnelle de chanter « Round Midnight » l’est aussi. Et pas seulement le chef-d’oeuvre de Thelonious Monk. Sa voix profonde, tour à tour sombre ou enjouée, est unique dans le monde du jazz vocal féminin. Elle possède une originalité de ton qui la place parmi les chanteuses les plus intéressantes et prometteuses. » Michel Delorme - Membre de l’Académie du Jazz, des Victoires du Jazz et du John Coltrane Syndicate.

 

 

 DUKE and ATG

 

 

Commentaires

Bisous ma pupuce ATG.

DUKE

Écrit par : ATG-DUKE | ` 2011-05-21 à 00.59:05 `

Répondre à ce commentaire

bisous duky;-)
boubou;-)

Écrit par : michaeline | ` 2011-05-21 à 15.14:34 `

Répondre à ce commentaire

Hello,

Quelques mots ensoleillés et chauds pour te souhaiter
un bon et agréable weekend.
Et comment ça va par ici????

Bisous

Écrit par : Soledad | ` 2011-05-21 à 16.18:34 `

Répondre à ce commentaire

bonjour Duke
j'écoute yael Angel par ici ne connaissant pas , et je dis bonne découverte , merci de ce partage musical . A+ d' Emmanuel

Écrit par : jazz | ` 2011-05-22 à 11.19:52 `

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.